Maintenance avions

Maintenance Air Canada veille à la navigabilité de tous nos appareils. C'est aux techniciens d'entretien d'aéronef qu'il revient en dernier lieu de décider si un appareil est apte à voler, une décision qui obéit au principe de « la sécurité avant tout ». Ainsi, la Maintenance est impliquée dans presque tous les aspects de l'exploitation : destinations, fréquence et moment des vols, entre autres.

Les équipes de Maintenance Air Canada doivent accomplir un travail hautement technique, notamment effectuer l'entretien et la réparation des avions, en faire fonctionner les systèmes et les moteurs et procéder au roulage des appareils. Il suffit de demander aux pilotes ce qu'ils pensent de la maintenance pour apprendre que ce service est très probablement le plus important dans une société aérienne.

Divers corps de métiers participent à la maintenance des appareils à Air Canada.

Une expérience préalable est nécessaire au poste de technicien ou de mécanicien. Néanmoins, il arrive parfois que certains postes soient ouverts aux candidats ayant peu ou pas d'expérience technique en maintenance d'avions. Ces candidats sont alors classés « débutants ». Ils peuvent ensuite viser le poste de technicien avions ou de mécanicien avions.

Les débutants doivent être titulaires d'un diplôme d'études secondaires. Toutefois, la priorité sera accordée aux candidats qui, en plus, auront terminé un cours technique dans une institution reconnue par Transports Canada. Certains métiers (*) requièrent un diplôme délivré par une école homologuée par Transports Canada.

Technicien d'entretien d'aéronef – Les techniciens s'occupent de la maintenance planifiée, de la réparation des défectuosités, du diagnostic de panne dans les avions de la Société et dans ceux des clients. Dans le hangar ou sur l'aire de trafic, les techniciens réparent toute sorte de choses, comme les systèmes de commandes de vol, les trains d'atterrissage, les circuits de carburant, les circuits hydrauliques, etc. Les candidats embauchés à titre de techniciens avions doivent être titulaires d'un diplôme d'études collégiales (en maintenance des aéronefs) ou l'équivalent d'une école reconnue par le ministère des Transports. Pour être admissible à une catégorie supérieure de technicien, il faut obtenir la licence de technicien d'entretien d'aéronef de catégorie « M », précisant une qualification appropriée, et posséder quatre années d'expérience, documents justificatifs à l'appui.

Une journée dans la vie d'un technicien avions

Mes heures de travail s'échelonnent de 20 h 45 à 7 h 45, mais ma journée commence à 18 h 30, après ma sieste d'après-dîner. Je me prépare en vitesse et je prends le chemin du travail. Au début du poste, nous avons un breffage sur les travaux à faire durant la nuit. Et les nuits sont plutôt occupées. Je fais entrer dans le hangar l'avion dans lequel je devrai travailler ainsi que d'autres appareils dont mes collègues et moi aurons à nous occuper. Mon travail consiste, entre autres, à modifier des unités de différents systèmes et des moteurs, à effectuer des diagnostics de panne et à remplir les carnets de bord. Ces tâches visent à faire en sorte que les avions soient prêts à partir le lendemain matin, à 6 h. À 7 h, les appareils sont nettoyés et préparés, à moins qu'un départ nous réserve une surprise. Je passe le reste de ma journée à dormir et à remplir mes obligations familiales.

Voici comment je suis devenu technicien avions

J'ai obtenu un diplôme de technicien avions (mécanicien) et j'ai commencé en révision de moteurs à Pratt & Whitney. L'expérience a été formidable, mais j'en voulais davantage. Par la suite, j'ai travaillé pour Bombardier, où j'ai participé à la construction du premier Challenger. Par contre, je rêvais de travailler pour une société aérienne. Un jour, j'ai parlé à un ancien camarade de classe, qui m'a appris qu'Air Canada embauchait. Le lendemain, je suis arrivé en retard au travail après avoir postulé à Air Canada. Trois semaines plus tard, j'y étais embauché à titre permanent. Au fil des ans, j'ai gravi tous les échelons en tant que technicien et j'ai obtenu les licences nécessaires pour différents appareils. J'ai toujours travaillé à la maintenance en ligne depuis que je suis à Air Canada. Le rêve!

Technicien en avionique – Les techniciens s'occupent de la maintenance planifiée, de la réparation des défectuosités, du diagnostic de panne dans les avions de la Société et dans ceux des clients. Dans le hangar ou sur l'aire de trafic, les techniciens travaillent à la maintenance des systèmes électroniques et électriques à bord, notamment de communications, de navigation, de pilote automatique, d'enregistrement de vol, de divertissements à bord, d'éclairage, etc. Les candidats embauchés à titre de techniciens en avionique doivent être titulaires d'un diplôme d'études collégiales (en aérotechnique) ou l'équivalent d'une école reconnue par le ministère des Transports. Pour être admissible à une catégorie supérieure de technicien, il faut obtenir la licence de technicien d'entretien d'aéronef de catégorie « E », précisant une qualification appropriée, et posséder quatre années d'expérience, documents justificatifs à l'appui.

Une journée dans la vie d'un technicien en avionique

Il est 6 h et j'entre dans le hangar, tandis que le personnel du poste de nuit travaille dans deux avions. Mon partenaire et moi-même allons travailler dans l'appareil nº 318, dont l'un des radioaltimètres donne des indications erratiques au personnel navigant.

L'émetteur récepteur avait déjà été remplacé, mais cela n'a pas réglé le problème. Avant d'enlever les antennes, nous consultons les manuels d'entretien (notre bible) pour connaître la marche à suivre afin de corriger ce problème. Par la même occasion, nous commandons des joints pour les antennes. Il est 7 h 30 et notre chef nous apprend que l'autre avion est prêt à partir et que nous devons le conduire à la porte d'embarquement indiquée.

Lorsque nous revenons au hangar, nous poursuivons la réparation des antennes. Nous remarquons que le connecteur coaxial est rempli de liquide et qu'il y a déjà de la rouille. Bingo! Nous avons trouvé. Nous retournons au bureau pour commander une antenne et un câble.

Au moment où nous passons la commande, notre chef vient nous dire que l'appareil nº 232 qui se trouve à la porte 74 doit être amené au hangar. L'équipe se rassemble et nous allons chercher l'appareil.

Les pièces pour le radioaltimètre arrivent, et nous les installons. Nous procédons aux dernières vérifications du système, et nous en informons notre chef qui nous fait savoir que l'avion sera utilisé pour le vol de Miami partant à 18 h.

Technicien avions – Tôlerie – Technicien qui évalue les dommages et la corrosion des structures des avions et qui effectue les réparations, le remplacement et les modifications de la tôlerie ou des structures composites. Les candidats embauchés à titre de techniciens – Structure doivent être titulaires d'un diplôme collégial (en aérotechnique) ou l'équivalent d'une institution reconnue par le ministère des Transports. Pour être admissible à une catégorie supérieure de technicien, il faut obtenir la licence de technicien d'entretien d'aéronef de catégorie « S », précisant une qualification appropriée, et posséder trois années d'expérience, documents justificatifs à l'appui.

Mécanicien – Garniture et Fabrication – Mécaniciens qui participent à la réparation de tout le mobilier de l'appareil et des tissus (fauteuils, tapis, rideaux et lambris). Les mécaniciens peuvent aussi prendre part à la maintenance des cabines, y compris les portes, les fenêtres et le remplacement des glissières d'évacuation et des pare-brise. Les candidats embauchés à titre de mécaniciens – Garniture et Fabrication doivent être titulaires d'un diplôme d'études secondaires. La priorité est accordée aux candidats techniciens – Aménagement cabine membres du Conseil canadien de l'entretien des aéronefs (CCEA) ou ayant des connaissances en travaux de revêtement et en ébénisterie.

Peintre d'aéronefs – S'occupe de tous les travaux de peinture relatifs aux avions, aux moteurs, aux unités et au matériel au sol. La priorité est accordée aux candidats peintres d'aéronefs membres du Conseil canadien de l'entretien des aéronefs (CCEA).

Technicien avions – Soudage – Effectue les travaux de soudage sur les composants d'avions et les pièces de moteurs et d'autres réparations connexes. La priorité est accordée aux candidats techniciens avions – Soudage membres du Conseil canadien de l'entretien des aéronefs (CCEA).