Des ailes de métal pour aider un oriole à ailes blanches (oriole de Bullock) égaré à Ottawa à retourner en Colombie-Britannique

Des ailes de métal pour aider un oriole à ailes blanches (oriole de Bullock) égaré à Ottawa à retourner en Colombie-Britannique

Juillet 2017



Un oriole à ailes blanches rare est arrivé en Ontario en 2015 après avoir dévié de sa trajectoire migratoire et a été découvert en situation de détresse à Pakenham, en Ontario, par l’ornithologue Ray Holland, qui l’a correctement identifié et secouru. Par la suite, l’Ottawa Valley Wild Bird Care Centre a pris soin de cet oiseau chanteur pendant deux ans.

Au moment où l’oiseau était prêt à retourner dans sa région natale, l’organisme s’est adressé à Air Canada pour demander si nous pouvions l’aider à ramener son pensionnaire chez lui, et notre équipe du fret, qui s’y connaît en transport d’animaux vivants, a volontiers accepté de donner un coup de main!

Étant donné la très petite plage de température que cet oiseau bien spécial exige, l’équipe du Fret s’est entendue avec l’organisme pour obtenir la cage qui convenait exactement pour l’oriole, après quoi elle a pris des arrangements spéciaux pour transporter l’oiseau dans la cabine, sous la responsabilité de Dave Stark, chef mécanicien – Matériel au sol à Ottawa, qui s’est aussitôt proposé pour accompagner l’oriole.

« Lorsque les responsables ont communiqué avec l’équipe du Fret au sujet du transport de l’oiseau jusqu’à Vancouver, nous avons été ravis de pouvoir faire partie de son voyage », a déclaré Sebastian Cosgrove, chef de service – Relations clientèle – Fret. « Nous avons collaboré avec l’Ottawa Valley Wild Bird Care Centre afin de comprendre les exigences particulières de l’oiseau, et compte tenu de la grande sensibilité de ce petit voyageur aux écarts de température, nous avons travaillé en étroite collaboration avec d’autres collègues et services afin de nous assurer qu’Air Canada et Air Canada Cargo pourraient accueillir cet ami à plumes à bord. »

« Étant un propriétaire foncier, je m’intéresse énormément à mon environnement et à la nature qui m’entoure, nous a dit Dave. Je pense que si nous pouvons tous faire quelque chose de petit ou de grand pour l’environnement, nous aurons peut-être réussi au final à le protéger, et c’est pourquoi je suis ravi de pouvoir apporter ma modeste contribution pour aider cet oriole à rentrer chez lui. »

Les plus récents articles

Les communiqués de presse